Actualité

Retour aux actualités

Habitat

07.06.2018

Grand Paris Sud Est Avenir lance sa conférence intercommunale du logement

 

Avec la loi ALUR de 2014 et plus récemment la loi Egalité et Citoyenneté de 2017, le Territoire voit ses compétences renforcées dans le domaine du logement social, en matière de suivi des demandes et des attributions, avec l’obligation de mettre en place une conférence intercommunale du logement (CIL).

 

 

 

La CIL comprend les Maires du territoire, les élus désignés par le Conseil territorial ainsi que les représentants du Département, des services de l’Etat, de la Métropole du Grand Paris, des bailleurs sociaux et des réservataires et enfin les représentants des usagers et associations.

Co-présidée par le Président de GPSEA et le Préfet du département, elle a pour objectif de définir une politique intercommunale d’attribution des logements sociaux au sein du parc implanté sur le territoire et de renforcer la mixité sociale en favorisant la coopération entre bailleurs et réservataires.

 

 

Jeudi 24 mai 2018, Grand Paris Sud Est Avenir a tenu la première réunion plénière de la CIL, qui avait préalablement été créée par délibération du conseil de territoire en décembre 2017.

Outre l’adoption du règlement intérieur, les membres participants ont échangé sur les pistes de travail qui les conduiront à définir les orientations stratégiques d’une politique intercommunale d’attribution des logements sociaux conciliant respect du droit au logement, respect de la mixité sociale et rééquilibrage territorial.

Fabienne BALUSSOU, Secrétaire générale de la Préfecture qui représentait le Préfet du Val de Marne, a mis l’accent sur la démarche collective initiée dans le cadre de la CIL permettant notamment d’œuvrer pour la protection des publics fragiles.

Laurent CATHALA, Président de GPSEA a souligné l’importance d’œuvrer à une politique de peuplement harmonieuse prenant en compte les dispositifs d’accueil existants et les logements spécifiques. Il a également insisté sur la nécessité, dans ce travail partenarial, de tenir compte des disparités et des contraintes particulières de chacune des communes en matière d’aménagement tout en respectant le principe fondamental d’une gouvernance partagée  respectueuse des politiques municipales.
 

Une deuxième réunion est prévue à l’automne 2018 pour définir les initiatives à mettre en place sur la base d’un diagnostic précis du parc social du territoire et mettre en œuvre des groupes de travail.

 

 

Haut