PiscinesConservatoiresMédiathèquesDéchets ménagersDéplacementsRestauration collectiveRecrutementAssainissement

DEVELOPPEMENT DURABLE

PCAET

GPSEA mobilise face au défi du changement climatique et de la transition énergétique

Le Plan Climat Air Energie Territorial constitue une compétence obligatoire de GPSEA depuis le 1er janvier 2016.
Il s’agit d’une démarche à la fois stratégique et opérationnelle, visant d’une part à réduire les émissions de gaz à effet de serre (volet atténuation) et d’autre part, à adapter le territoire au changement climatique (volet adaptation).

Le Plan Climat doit permettre :

  • d’identifier les impacts globaux (émissions de gaz à effet de serre) et locaux (émissions de polluants atmosphériques) et la vulnérabilité de territoire ;
  • de repérer des leviers d’actions concrètes dans la lutte contre le changement climatique et la pollution de l’air.
     

GPSEA souhaite concevoir ce plan en concertation avec les citoyens, les experts et les villes.
L’adoption du Plan Climat, prévue pour la fin de l’année 2018, marquera une nouvelle ambition grâce au lancement d’actions concrètes :

  • renforcer la résilience du territoire face aux effets du changement climatique en mobilisant les outils de politique publique comme le futur Plan local d’urbanisme intercommunal ;
  • participer à la prévention des risques d’inondations ;
  • accompagner le passage vers une économie durable grâce aux potentialités de l’économie circulaire grâce notamment à l’extension des consignes de tri sur 100% du territoire ;
  • le développement de l’éco-exemplarité au sein de la collectivité à travers la rénovation des équipements, la commande publique ou encore l’évolution du parc automobile.

 

Les premiers éléments de diagnostic

Un diagnostic territorial est en cours d’élaboration. Il permet d’ores-et-déjà de faire ressortir les principaux atouts du territoire en matière de développement durable.

  • Climat

GPSEA présente une grande diversité : un tissu urbain dense côtoie des espaces agricoles et forestiers, dont la valorisation constitue un défi pour notre territoire.
Cette diversité géographique s’accompagne d’une vulnérabilité aux effets du changement climatique, en particulier du fait des sols argileux exposés à des phénomènes de retrait-gonflement des sols argileux (14% de GPSEA sont concernés).
Cette vulnérabilité concerne également les inondations par crue ou débordement (12% de GPSEA sont concernés).

  • Énergie (chiffres 2012)

Les consommations énergétiques de GPSEA sont en baisse (-1% par an) mais restent supérieures aux moyennes métropolitaine et régionale.
Le gaz naturel est la principale source d’énergie utilisée (46%) puis viennent l’électricité (32%), le chauffage urbain (12%), le fioul (7%) et le bois (3%).
Le secteur résidentiel (logements) constitue le 1er consommateur d’énergie (58%), puis le secteur tertiaire (28%) et l’industrie (14%). Plus de la moitié des consommations énergétiques du secteur résidentiel provient de logements construits avant 1975.
12% des consommations énergétiques proviennent des énergies renouvelables et de récupération : géothermie, biomasse, récupération de la chaleur du centre de traitement et de valorisation des déchets. Ainsi, des réseaux de chaleur sur 6 villes (Alfortville, Bonneuil-sur-Marne, Chennevières-sur-Marne, Créteil, Limeil-Brévannes et Sucy-en-Brie) permettent d’alimenter près de 50 000 logements, provenant majoritairement d’énergies renouvelables et de récupération.

  • Air

Le territoire a émis 975 kilotonnes de gaz à effet de serre en 2012.
Le secteur résidentiel et les transports sont les principaux émetteurs de polluants atmosphériques, toutefois en baisse depuis 2000.

Les concentrations de polluants sont également en baisse et légèrement inférieures à celles de la moyenne métropolitaine. Mais des concentrations de dioxyde d’azote (NO2) et de particules fines (PM10) restent problématiques au nord de GPSEA (dépassements des valeurs limites) aux abords des axes routiers.
La voiture est le 1er mode de transport utilisé dans les mobilités professionnelles.

 

Une feuille de route reposant sur des actions de proximité et des programmes à plus long terme

Dès 2017, GPSEA a engagé plusieurs actions concrètes :

  • le soutien à un projet emblématique autour de l’économie circulaire par le centre de traitement et de valorisation des déchets et à la mise en place d’une ressourcerie éphémère à Boissy-Saint-Léger ;
  • des permanences info-énergies mises en place depuis 2016 dans 5 villes ;
  • l’organisation d’initiatives à l’occasion la semaine européenne du développement durable sur les 16 communes du territoire permettant d’associer les habitants et de les sensibiliser sur les enjeux de la préservation de l’environnement ;
  • un partenariat engagé avec la ville de Périgny-sur-Yerres pour faire de la Maison de la Nature et de l’Environnement un équipement emblématique du territoire ;
  • un outil numérique « Notre Territoire pour le climat », en partenariat avec le Département du Val-de-Marne, permettant de faire connaître et valoriser les actions sur le territoire en faveur de la planète : https://sudestavenir.fr/plan-climat-air-energie


L’adoption du PCAET marquera une nouvelle ambition grâce au lancement de programmes d’actions, comme par exemple :

  • renforcer la résilience du territoire face aux effets du changement climatique (en mobilisant les outils de politique publique existant comme le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) ;
  • prévenir les risques d’inondations ;
  • accompagner le passage vers une économie durable grâce aux potentialités de l’économie circulaire ;
  • le développement de l’éco-exemplarité au sein de la collectivité (à travers les règles de commande publique, l’équipement du parc automobile, ou encore la rénovation des bâtiments territoriaux.
     

Le Plan Climat 2019-2025 fera l’objet d’une évaluation permettant de mesurer les progrès réalisés.

 

Retour
Haut