Assainissement / Contrôle de conformité Collectes (hors Sivom) Offres d'emplois Covid-19 : Carte des services ouverts

Actualités

Ces entreprises qui se sont réinventées pendant la crise

De nombreuses entreprises du territoire ont su s’adapter à la crise et ont tenu à apporter leur soutien aux soignants et à tous les travailleurs qui ont permis au pays de continuer à fonctionner pendant le confinement.

À titre d’exemple, l’équipementier spatial Sodern, installé à Limeil-Brévannes, a dédié trois de ses imprimantes 3D à la fabrication de visières de protection pour les hôpitaux de l’AP-HP ; l’entreprise Souriau, implantée à Marolles, a également mis ses imprimantes 3D au service de la fabrication de visières et a fait don de blouses de protection aux hôpitaux du territoire. L’entreprise boisséenne Tecalcor, fabriquant notamment du produit pour les cigarettes électroniques, a adapté son outil de production pour fabriquer une solution hydroalcoolique.

D’autres entreprises ont adapté leur offre aux besoins du confinement et du déconfinement progressif. Par exemple, le traiteur au Figuier des Saveurs s’est adaptée à la demande et propose des plateaux repas aux entreprises dont les salariés ne peuvent plus accéder aux restaurants inter-entreprises. Quant aux agriculteurs du territoire, ils ont modifié leurs canaux de distribution pour écouler leur production suite à la fermeture des marchés forains (en savoir plus).

Enfin, plus d’une vingtaine d’entreprises du territoire ont répondu à l’appel à la solidarité lancé par GPSEA en direction des soignants, en offrant matériel de protection et denrées alimentaires pour soutenir le moral et l’énergie des soignants pendant les longues gardes à l’hôpital (en savoir plus). Qu’elles en soient toutes ici à nouveau remerciées.

Zoom sur Microplast/Ecom

Une entreprise agile et solidaire de Périgny-sur-Yerres engagée dans la lutte contre le Covid 19

Europe 1, Le Parisien, 94 Citoyens… Microplast, société implantée à Périgny-sur-Yerres, sur le plateau briard, a fait beaucoup parler d’elle dans la presse ces dernières semaines, et à juste titre !

Cette société, créée en 1984, emploie une cinquantaine de salariés. Elle conçoit des moules pour injection plastique et les commercialise auprès d’entreprises des secteurs de l’industrie, de l’électronique, de la santé et de la construction automobile. Grâce à son équipement innovant et performant, Microplast/Ecom est à même de s’adapter avec agilité à la demande de ses clients et compte parmi les entreprises de pointe du territoire. Elle réalise d’ailleurs 25% de son chiffre d’affaire à l’export.

Microplast/Ecom est aussi une entreprise responsable et éthique, sur le plan environnemental notamment, puisqu’elle vient de se lancer dans une démarche ISO 14000 et s’évertue au recyclage de tous ses déchets industriels.

Face à la crise du Covid-19, Microplast/Ecom n’a d’ailleurs pas hésité à s’engager. En effet, en solidarité avec le personnel hospitalier, Microplast/Ecom a adapté son outil industriel en à peine quelques jours pour se lancer avec enthousiasme dans la fabrication de visières. David Anger, dirigeant de Microplast, raconte : « Face aux difficultés majeures rencontrées sur le plan sanitaire, il fallait trouver une réponse dans l’urgence. Il nous a semblé évident d’aider Antony Seddiki, un habitant de Brunoy qui fabriquait bénévolement des visières, en mettant en œuvre les capacités humaines et industrielles de notre entreprise pour offrir à nos soignants plus de protection. Nous avons donc développé un moule industriel afin de fabriquer ces visières et en deux semaines, nous étions en mesure d’offrir 3 500 visières par jour. Je suis fier de notre contribution à ces gestes de générosité qui traversent le pays. Forte de ses valeurs partagées, toute l’entreprise s’est engagée dans ce challenge ambitieux et s’est investie dans cette démarche dans la lutte contre ce virus. »

Cet élan de solidarité ne sera pas sans lendemain, l’entreprise ayant décidé de poursuivre son activité de production de visières, le besoin d’équipements de protection ayant très largement dépassé le cadre médical. Microplast/Ecom a su faire preuve de souplesse et d’adaptabilité pour défendre son identité, son activité et ses salariés et sort renforcée de cette crise majeure.

David Anger détaille les projets de développement de l’entreprise : « L’objectif de Microplast et Ecom est de poursuivre sa route vers l’Usine du Futur (4.0). Bien sûr en accentuant le déploiement de solutions technologiques, mais également en travaillant sur l’optimisation de l’environnement de travail de nos collaborateurs. Les projets déjà lancés portent sur le développement de la robotisation en masse (à ce jour deux robots six axes sont en essai) et la refonte globale des infrastructures (doublement des surfaces des ateliers mécanique (fabrication des moules) et d’injection. La fabrication en France, réactive et de qualité, est nous le voyons bien aujourd’hui, une nécessité. La démarche engagée par Microplast vers l’Usine du Futur prend tout son sens, de façon à apporter à nos clients les solutions techniques et technologiques à moindre coût. »

Le succès de l’initiative de Microplast/Ecom, amplement mérité, témoigne des capacités de résilience et d’innovation du tissu économique du territoire. Le territoire souhaite valoriser et encourager ces initiatives indispensables pour sortir de la crise par le haut et inventer « le monde d’après ».